Les marques ont plus que jamais recours aux services des influenceurs dans le cadre du lancement d’un nouveau produit ou simplement pour mieux atteindre une cible. Il existe de nombreuses formes de collaborations et de rémunérations. Ce dernier point était encore, il y a quelques années, relativement tabou. Mais vu l’importance croissante du marketing d’influence pour la communication web, la rémunération s’est peu à peu démocratisée. Cependant, des marques refusent encore de payer blogueurs et influenceurs.

Collaborer gratuitement avec une marque pour le prestige

C’est lors du Salon E-marketing Paris 2018 que plusieurs responsables marketing de grandes marques ont pu présenter leurs stratégies d’analyse des réseaux sociaux et de collaboration avec les influenceurs. Michelin a notamment développé son action autour du lancement de son tout nouveau produit : le pneu connecté. Au détour, on a aussi pu y apprendre que les influenceurs qui ont travaillé sur le projet n’ont pas été rémunérés :

LinkJuice.io

Un autre géant européen, présent lors de ce salon, a aussi réalisé un partenariat avec des influenceurs sans les rémunérer financièrement : il s’agit d’Adidas. C’est un article d’emarketing.fr qui le reporte. Les influenceurs sélectionnés ont tout de même eu accès aux produits afin de les tester avant tout le monde dans le but toutefois de recueillir leurs avis pour améliorer le produit. En échange, les influenceurs ont reçu une dotation produit.

Voir deux grands groupes, avec des budgets de communication importants, ne pas rémunérer les influenceurs, nous interroge. Notamment quand ces derniers apportent une belle visibilité pour le lancement d’un nouveau produit (diffusion sur les blogs, réseaux sociaux, etc.) et en plus aident à l’améliorer en participant au processus de conception. Il faut aussi se souvenir que le ROI moyen du marketing d’influence est d’environ 9 dollars pour un dollar investi dans l’opération. Cette dernière est donc bénéfique et très profitable pour une entreprise. 

Les marques offrent d’ordinaire des produits en guise de rémunération, mais bien souvent cela ne correspond pas à la valeur du travail effectué par un blogueur. (Crédit photo : Pixabay, Pexels)

Le fait d’être sélectionné ou démarché par une enseigne prestigieuse peut représenter pour le blogueur une certaine légitimité ou un honneur : les annonceurs comptent sur ce point pour qu’ils renoncent à une rémunération réelle. Bien souvent, les marques prétendent ne pas avoir le budget et misent sur le fait que l’influenceur acceptera au final, en échange par exemple d’un cadeau. C’est cependant assez injuste, puisque l’influenceur ou blogueur investit temps, travail et moyens.

Cette question est le sujet d’un récent article du journal Le Monde où des influenceurs dans le domaine de la mode expliquent que les marques prestigieuses commencent à rétribuer les blogueurs et cela en plus des cadeaux et des événements. La célèbre influenceuse Veronica Heilbrunner y ajoute même : « Je ne peux pas payer mes impôts avec un sac ».

Le principe de l’échange commercial

Beaucoup d’influenceurs sont jeunes, travaillent beaucoup et fréquemment gratuitement en misant sur le fait que cela peut être un investissement payant sur le long terme. Les micro-influenceurs sont justement plus faciles à convaincre. Mais travailler pour un annonceur ou une marque doit simplement se résumer à un échange commercial. La règle devrait être que, dès qu’il y a création de contenu, il y a rémunération.

Un partenariat avec une marque doit se voir comme un échange commercial où toute création ou travail mérite salaire. (Crédit photo : Rawpixel, Pexels)

Mais c’est encore loin d’être le cas. Il existe de nombreuses pratiques douteuses et irrespectueuses du travail des influenceurs. Comme le révèle la blogueuse Janis sur son blog en dévoilant une proposition de collaboration : « Bonjour, on aimerait collaborer avec vous. Vous achetez notre produit avec une réduc’ de 50 % et, en échange de votre achat, vous faites notre publicité sur votre blog et vos réseaux sociaux »…

Dans ce cas, ce n’est plus travailler gratuitement, mais il faudrait donc même payer ! Les marques oublient rapidement que les influenceurs ont aussi des coûts (hébergement web, matériel informatique, appareil photo, caméra, etc.), sans compter la créativité puis le temps consacré à développer un blog riche d’une communauté active. L’auteur du blog All & CO a aussi exprimé une autre protestation via Twitter :

Les délais de paiement sont aussi un élément important surtout quand 90 % des influenceurs gagnent par année moins de 5 000 euros grâce à des partenariats avec des marques, ce qui correspond à une activité secondaire pour la majorité des blogueurs. Il existe malheureusement de nombreux exemples similaires de mauvaises pratiques qui sont bien souvent repérables dès le premier contact, comme nous l’avons dernièrement vu dans notre article sur les faux pas en matière de relation avec les influenceurs. 

Ainsi, il peut être intéressant de travailler via des agences ou des plateformes. Justement, LinkJuice.io propose à tous les éditeurs web influents des partenariats rémunérés et offre aussi une formule d’accompagnement tout en garantissant un paiement rapide.

Un blogueur ou influenceur professionnel est à la base tiraillé entre le fait de satisfaire les partenaires et surtout de répondre aux attentes de sa communauté tout en essayant d’obtenir un revenu. Un partenariat avec une marque doit désormais être pleinement considérée comme un simple échange commercial et à ce titre être financièrement rémunéré.

LinkJuice.io